Vivre avec l’art

Author: /
Illustator:

par Jeremy Fernando
illustré par Yanyun Chen
traduit par Daniel Kwang Guan Chan

 

Davantage un geste barthésien qu’une simple collection de significations ou de pensées stabilisées, cette œuvre de Fernando présente au lecteur une véritable phénoménologie de ruptures et d’écarts et lui offre un voyage magnifiquement stimulant dans les expériences et l’inconnaissabilité fondamentale de l’art. Ce livre est une retraite aux flambeaux dans les grottes d’art éternelles de Lascaux.

Anders Kølle, l’auteur de Beyond Reflection, Two Be or Not Two Be, et The Work of Art — Its Process of Becoming.

 

***

 

Ce livre tente d’explorer la relation entre la vie et l’art — et il postule que la possibilité de l’art se produit dans l’espace, l’écart, entre l’œuvre et le spectateur ; qu’il est engendré par l’acte même de voir. Il commence avec une méditation sur la possibilité d’une rencontre avec une œuvre d’art — celle dans laquelle rien ne peut être connu sauf le fait qu’il pourrait y avoir la potentialité d’un événement. Au mieux, cette rencontre ne peut être entrevue que rétrospectivement, ce qui signifie qu’elle ne peut résider que dans la mémoire. Et, c’est pourquoi le livre doit passer — dans le second mouvement du texte — à travers la fiction, à travers l’imagination d’une rencontre. Dans le troisième volet du triptyque, il y a une réflexion sur le temps — en gardant à l’esprit que le temps, aux côtés de l’intemporalité, n’est jamais loin de la question de l’art — dans une foire d’art ; ouvrir, en gardant ouverte, la question de la relation entre valeur, évaluations, et une œuvre.

Tout au long du livre, il y a une conversation entre le texte écrit et les œuvres, les illustrations, de Yanyun Chen — celle-là étant, très probablement, le site même où l’acte de vivre se déroule.